Nouveau

mardi 10 mai 2011

K-Fine Art.

Un beau projet: créer une communication artistique pour une boutique d'antiquité, un design global en quelque sorte.
La rencontre avec un couple de passionnés d'art et d'antiquités, a fait que ce projet nous a enthousiasmé, car il correspondait à notre philosophie de travail : un échange constructif, en confiance, plus que la simple fourniture d'un "produit".
De cet échange enthousiasmant est né ce qui suit .


Inspiration
Très vite, devant la qualité des objets à présenter, nous avons opté pour une esthétique évoquant un art de vivre casablancais, subtil, élégant et surtout authentique —pas de Bogart !
Comment ne pas être inspiré en manipulant ces objets créés par Daum, Gallé, Majorelle (père et fils), Wright ? Inspiré, certes mais humble devant tout ce talent, car l'on ne sait plus si on parle d'art, d'artisanat, de design, de décoration ou de tout cela à la fois.
Pour retrouver l'esprit de cet art de vivre, nos références ont autant été constituées de ces "designers" que d'illustrateurs comme McManus, McCay ou Manon Iessel ou même des génériques de vieux Laurel & Hardy. Casablanca, la ville, est une inspiration essentielle, la charte graphique s'est ainsi enrichie des frises architecturales du Casa des années 30 et 40 que le studio collectionne depuis des années.
Le challenge était aussi de produire une ambiance graphique qui soit un hommage à cette culture et à ce raffinement, sans tomber dans une nostalgie coloniale de mauvais aloi, qui n'aurait pas été du tout dans l'esprit de la galerie.


Aménagement
Un lieu déjà aménagé, autant boutique que galerie, pas de gros travaux à réaliser mais réfléchir (beaucoup) à une circulation, un concept, un graphisme qui permette de lier des meubles d'époques différentes, de styles différents (européens et marocains), mêlés à de la peinture contemporaine marocaine, le tout en restant dans l'éphémère puisque tout était destiné à être vendu. Le lieu est une immense vitrine ouverte en angle sur la rue, la vue de l'extérieur est aussi importante que celle de l'intérieur, pas le moindre couac ne doit apparaitre car tout est visible ! Il est difficile de marier du mobilier ancien et unique avec des œuvres contemporaines, tout était placé et justifié par rapport à une ligne de perspective, des accords de couleurs 


Nous avons donc décidé d'un fil conducteur: créer une ambiance graphique, colorée et une mise en scène sobre, partant de l'idée que des personnages célèbres venaient de quitter les lieux : les meubles et bibelots magnifiques ont été regroupés dans des mini scènes de vie, rassemblés soit par thèmes colorés d'ambiance de bois ou de textile soit par leur époque.
Pour les objets devant-être présentés séparément, nous avons conçu de petites sellettes minimalistes couleur ivoire, patinées à la cire et à la main. Pour les objets fragiles et précieux, des vitrines ont été réalisées.


Le logotype et la typographie
Pour le logotype, nous avions une contrainte principale : utiliser la police Brush script pour le K. Contrainte problématique, puisque cette police est très répandue dans le paysage urbain de Casablanca, qu'elle est un peu anachronique… et que ce n'est pas notre typo favorite.
La solution : un cadrage "japonisant" de la lettrine dans un cartouche sépia, raccord avec les tendances graphiques des objets de la galerie ; puis de l'assortir avec un Peignot qui correspond bien à l'esprit de Casablanca.

Les polices associées sont un Parisian d'esprit rétro, et un Futura, inoxydable depuis les années 20, et qui s'est imposé à la lecture d'un exemplaire somptueux des Kasbahs de l'Atlas de Majorelle, préfacé par Lyautey dans une composition magnifique, et qui se trouve (trouvait ?) sur place.

Les frises architecturales sont devenues le lien de tout le travail imprimé: cartes de visites, papier entête, cartes de remerciement, cartes descriptives des meubles, CD presse…

Tout au long du projet nous veillé à garder un côté luxueux d'antan mais surtout la sobriété, la pureté des blancs d'ivoire assortis à l'ébène, ne pas surcharger pour que la beauté des lignes du mobilier exposé garde sa splendeur.
Le papier fut choisi avec minutie, un Éclat d'Or 100g pour l'en tête, et un "Ingres" nervuré ivoire pour les cartes (merci au passage à Jimmy de Afric Digital).

Nous avons travaillé les panneaux ne pas toucher et les interdiction de fumer dans la même gamme sépia, un clash de couleur "réglementaire" aurait été nuisible à l'ambiance. Bien entendu, les illustrations qui y figurent sont un clin d'œil rétro !


Communication
Deux grandes options ont été retenues pour la communication : le web avec la création d'un blog, et la presse pour laquelle nous avons élaboré un dossier de presse "semi virtuel", composé d'un CD sur lequel on peut trouver un communiqué de presse prêt à l'emploi à différents formats (.txt, .rtf, .doc…) ainsi qu'une série de photos pré-détourées elles aussi prêtes à être publiées (.eps, CMJN, 300dpi…).

 

Le cédé est présenté dans une pochette d'un format spectaculaire déclinant les codes corporate de l'enseigne.
Nous avons assuré la direction artistique des photos, prises sur place (car nous ne pouvions transporter les objets) par Érik Gentet qui a réalisé un travail formidable, spécialement sur un vase Gallé…
Ce kit nous a permis d'obtenir des publications très rapidement dans des magazines tels que Décoration d'exception ou Diptyk

Ce dispositif a été complété par une annonce presse, également réalisée (et rédigée) par le Studio.

En conclusion, nous remercions K Fine Art de nous avoir accordé confiance pour la réalisation de ce projet complet —identité corporate, aménagement du point de vente, communication publicitaire, relation presse— en utilisant nos compétences en design graphique, illustration, typographie, archi d'intérieure et décoration ou direction artistique.

2 commentaires:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...